Vous êtes ici

Le char attelé en version longue

ARCHIVE PRETEXTE

Le Valaisan Jérôme Voutaz, de l’équipe de la Ferme des Moulins à Sembrancher, a relevé le défi d’atteler vingt chevaux de la race franches- montagnes sur un parcours d’environ 23 kilomètres.

Les atteleurs de la région ne tarissent pas d’éloges pour décrire cette performance. Selon ces derniers, il s’agit d’une véritable prouesse technique.

 

La vidéo a été publiée le 22 juin sur les réseaux sociaux. Quelques jours plus tôt, le Valaisan Jérôme Voutaz realisait l’incroyable prouesse qui a déjà tant fait parler d’elle: atteler 20 chevaux franches-montagnes et parcourir une distance de quelque 23 kilomètres. «C’est une sacrée expédition, une sacrée performance. C’est exceptionnel!» s’exclame l’atteleuse des Breuleux Christa Graf. «C’est tout simplement un exploit. Nous ne pouvons que sourire en regardant ces images», commente quant à lui le professionnel du Peu-Péquignot Ludovic Taillard.

Les deux passionnés de la région sont unanimes: ils ont eu des étoiles plein les yeux en visionnant la production. «Cela ne s’organise pas en 5 minutes. Il faut être bien préparé, avoir une bonne équipe et de bons chevaux», résume Christa Graf.

«Pas réalisable pour les débutants»

Car Jérôme Voutaz, qui a mené cet attelage de 27 mètres, n’a pas choisi la facilité, comme le fait savoir la passionnée: «C’est impressionnant, il faut avoir le courage de le faire. Il a emprunté des chemins risqués. Certains attelages de ce genre avaient été enregistrés mais uniquement dans des hippodromes.» Ludovic Taillard renchérit: «Dans un hippodrome, ce n’est pas comparable: il y a des barrières, les chevaux n’ont qu’à suivre le tracé. Or là, sur la vidéo, nous pouvons par exemple voir Jérôme passer par un passage sous-voie, prendre des virages serrés.»

Cette performance a donc demandé une maîtrise parfaite des chevaux et du matériel, comme l’explique Christa Graf: «Il faut calculer la manière de prendre les virages et avec 20 chevaux, c’est exceptionnel.»

Ludovic Taillard relève que ce challenge n’est pas accessible à tous les atteleurs: «Tout le monde ne peut pas faire ça. Ce n’est pas réalisable pour les débutants.» Chaque rangée de chevaux nécessitant une paire de guides, le calcul est vite fait, selon le Franc-Montagnard: «Vingt chevaux, cela fait dix paires dans les mains. Il faut déjà les tenir. C’est beaucoup à gérer pour une personne. Ce n’est déjà pas évident d’en mener six.»

Un travail d’équipe

Les deux atteleurs de la région tirent également leur chapeau à l’équipe de Jérôme Voutaz, sans qui cet exploit n’aurait pu avoir lieu. «Un grand bravo aussi à toute son équipe. Seul, on ne peut réaliser ce genre d’exploit», mentionne Ludovic Taillard.

«Il faut également avoir de bons chevaux, bien travailleurs et confiants, indique Christa Graf, qui conclut: Cette performance a fait une magnifique publicité pour la race franches-montagnes.»

KATHLEEN BROSY